Idée reçue n°1 : Les entreprises de l’ESS ont des statuts particuliers et ne sont pas toutes éligibles aux contrats en alternance.

 
C’est FAUX !

Les entreprises de l’Economie Sociale et Solidaire peuvent évidemment accueillir des jeunes en contrats d’alternance.

D’ailleurs, 61% des entreprises qui accueillent des apprentis relèvent de l’ESS et 2 jeunes sur 3 ont un emploi sept mois après la fin de leur apprentissage. En Rhône-Alpes, ils sont même trois quarts !
 

Idée reçue n°2 : L’ESS recrute majoritairement dans le secteur social et médico-social et principalement des femmes.

 
C’est à la fois VRAI et FAUX !

C’est en partie vrai puisqu’en France, 62% des emplois du secteur de l’action sociale relèvent de l’Economie Sociale et Solidaire et que les femmes représentent deux tiers des effectifs de l’ESS et un cadre sur deux (contre 30% des cadres hors ESS).

Mais c’est aussi faux car l’ESS est présente dans d’autres secteurs d’activité. Plus de 20% des activités financières et d’assurance ainsi que des activités d’enseignement relèvent de l’ESS.
 

Idée reçue n°3 : L’ESS offre des conditions de travail relativement moins avantageuse que dans le secteur privé hors ESS.

 
C’est VRAI et FAUX !

Ce qui est vrai, c’est que si vous travaillez dans une entreprise de l’ESS, vous percevrez un niveau de rémunération moyen plus faible que dans une autre entreprise. Mais cela varie avec le secteur et la taille de l’entreprise que vous choisissez.

De plus, le salaire ne fait pas le bien-être et 80% des salariés e l’ESS se déclarent satisfaits de leurs conditions de travail, contre seulement 70% hors ESS.
 

Idée reçue n°4 : L’ESS est un champ en plein essor et constitue un vivier d’emplois important, notamment pour les cadres.

 
C’est VRAI !

Depuis les années 2000, on constate une évolution positive et continues du nombre d’emplois dans l’Economie Sociale et Solidaire.

Si aujourd’hui, l’ESS représente environ 10% des emplois en France, d’ici 2020, un salarié sur quatre et deux cadres sur cinq seront recrutés dans une entreprise de l’ESS.
 

Idée reçue n°5 : Une entreprise de l’ESS est plus démocratique qu’une autre.

 
C’est VRAI et FAUX

En réalité, il faut distinguer la démocratie politique de la démocratie économique. Si la seconde est associée à l’ESS, ce n’est pas toujours le cas de la première.

Par exemple, en moyenne, les deux tiers des salariés des coopératives sont à la fois salariés et associés.