L’économie sociale et solidaire, c’est …

 

L’économie sociale et solidaire (ESS) représente 10 % des emplois en France. En Rhône-Alpes, 230 000 personnes travaillent au sein d’une association, d’une coopérative ou d’une mutuelle.

 

Des entreprises humaines

 

Les entreprises de l’ESS placent l’humain et le projet collectif au cœur de leur objet. Elles développent des savoir-faire et proposent de nombreuses opportunités d’emploi et des carrières diversifiées. L’ESS embauche et ses besoins sont croissants. D’autant plus qu’en 2020, un salarié de l’ESS sur quatre partira à la retraite. Soulignons aussi que le dispositif des emplois d’avenir prévoit la création de 100 000 emplois pour les 16-25 ans. Une vague d’embauches qui, dès cette année, mobilise en première ligne les entreprises ESS…

 

Des valeurs qui s’incarnent dans
une économie du service et du partage

 

L’économie sociale et solidaire met en œuvre ses valeurs de solidarité et de respect de la personne dans le secteur des services.
Auprès des malades, des personnes handicapées, des enfants, l’ESS représente le quart des emplois des secteurs de la santé du social et de l’éducation.
De leur côté, les scop (sociétés coopératives et participatives), qui sont des entreprises coopératives qui appartiennent à leurs salariés, sont également très présentes dans les services aux entreprises et aux collectivités. Autant d’activités qui induisent une liaison forte avec le territoire.

 

Des activités qui épousent
les caractéristiques locales

 

L’économie sociale et solidaire est avant tout une économie locale qui répond aux préoccupations et besoins de la population. A ce titre, les activités qu’elle développe sont en adéquation étroite avec les territoires sur lesquels elles sont implantées.
Très liés aux activités de service, les emplois de l’économie sociale et solidaire se concentrent dans les départements les plus urbanisés. Les trois métropoles de la région (Lyon, Grenoble et Saint-Étienne) regroupent ainsi un peu plus de la moitié des effectifs ESS régionaux : coopératives de crédits, d’assurances, mutuelles, etc.
En zone rurale, l’ESS est très présente dans les services à la personne (association d’aide à domicile, etc.) notamment pour répondre aux problèmes des personnes âgées isolées. Dans les espaces touristiques ruraux ou montagneux,  son poids est non négligeable : activités sportives, hébergement ou restauration…

 

 

Des solutions innovantes face à la crise
et aux mutations sociétales

 

 

Depuis 2008, L’ESS a mieux résisté que le reste de l’économie à la crise et a joué un véritable rôle d’amortisseur en maintenant ses recrutements. Si le début 2011 marque un fléchissement comme dans les autres secteurs économiques, il n’en demeure pas moins que les innovations sont nombreuses et créatrices d’emplois.
Les coopératives d’activité permettent aux entrepreneurs individuels de bénéficier d’un véritable statut et de conforter leurs projets. La formule coopérative est aussi utilisée pour la reprise d’entreprises en difficulté par leurs salariés, ce qui permet de maintenir un emploi local.
De même, le développement des circuits-courts (Amap…) et de filières locales de consommation responsable ou encore d’éco-construction localisent des activités nouvelles autour des centres urbains.