Les secteurs qui recrutent

 

Ces dernières années, l’emploi dans l’économie sociale et solidaire s’est plutôt mieux comporté que dans le reste de l’économie avec un taux d’embauches plus important. Mais si en 2012 le secteur donne à son tour des signes d’affaiblissement, certaines activités demeurent dynamiques et continuent d’embaucher.

 

Un contexte économique peu favorable

 

Si 2010 avait été une année faste pour l’emploi dans l’économie sociale et solidaire avec une progression plus forte que dans l’ensemble du secteur privé (31000 emplois créés en 2010), 2011 marque un recul avec une croissance de l’emploi atone (+ 0,1%).

L’ESS rentre dans le rang et se met au diapason morose du reste de l’économie. Les premiers signes d’essoufflement sont apparus au dernier trimestre 2010 et se sont confirmés en 2011. En 2010-2011, le secteur associatif, qui est le poumon de l’emploi ESS, a ainsi perdu 22 000 emplois. En première ligne, les activités culturelles, récréatives et de loisirs souffrent de la crise. Les secteur du sport, de l’aide à domicile et de l’animation ont également contracté leurs effectifs.

Reste que ces baisses ne touchent pas toutes les régions de la même manière. PACA a perdu proportionnellement le plus d’emplois, viennent ensuite, assez loin, les régions Franche-Comté, Lorraine et Languedoc-Roussillon alors même que l’Auvergne a gagné des emplois. Dans ce paysage, les emplois ESS de Rhône-Alpes ont plutôt bien résisté.

 

Le social et les activités de services continuent d’embaucher

 

Malgré la crise, les activités liées à la santé et à l’hébergement médico-social continuent de recruter. C’est particulièrement le cas des établissements d’hébergement médicalisés pour personnes âgées ou enfants handicapés. Idem pour l’accueil d’enfants ou d’adolescents qui reste sur une bonne dynamique.

Le secteur des banques coopératives maintient un bon rythme de création d’emplois. Malgré les mouvements de fusion en cours ajoutés à une concurrence et une taxation accrue, les mutuelles santé ont globalement augmenté leurs effectifs, notamment du fait du renouvellement des générations de salariés.

 

De nouvelles pistes dans les secteurs émergents

 

La force de l’ESS c’est aussi de défricher de nouveaux secteurs d’activité, réservoir potentiels d’emplois. La consommation responsable, l’éco-constructon, le recyclage, ouvrent de nouvelles perspectives.

De même les coopératives d’emploi et d’activités permettent à de nombreux entrepreneurs individuels de créer leur propre emploi dans un cadre protecteur et dynamisant.

Même si la crise finit quand même par affecter l’ESS, la dynamique d’emploi demeure et de nouvelles offres sont proposées quotidiennement.

Source : www.recherches-solidarites.org